Voilà donc toutes les pages de l'ancien site réunies ici pour plus de cohésion et cohérence. Hésitez pas à me contacter si vous avez des photos / enregistrements / etc... à partager.

QUESTIONS/REPONSES: Fabrice "Fabou"

Là, c'est Fabrice, l'homme aux multiples surnoms: Fabou, Monsieur Reverb, Pagnot, etc etc... Il jouait dans Raymonde Howard et La seconda Volta, joue dans Negative Runners et trimballe de la gnôle dans les sacoches de son joli scooter !!

-Comment t’es-tu retrouvé à être actif dans la scène stéphanoise ? 
Actif en tant que musicien, ça m'a toujours pendu au nez comme je viens d'une famille de zicos (bon, classiques mais quand même ...) j'ai toujours eu un instrument entre les mains et faire partie d'un groupe un jour est devenu une évidence depuis le lycée. Ce sont des rencontres avec des gens de radio Dio passionnés de musique et connaisseur de la scène locale et de ses "modèles" (les groupes actifs de l'époque : Perfect Cousins, Six Pack, World Pets ...) qui m'ont permis de me lancer dans l'aventure.
En tant que sondier et ingénieur du son amateur, je me suis auto formé par l'envie initialement d'enregistrer mes modestes compos à la guitare à l'époque des Silly Poulps, être autonome. Du coup j'ai fait parti des premiers à faire l'acquisition d'un 4 pistes à cassettes et des petits groupes ont commencé sans que je ne m'y attende à faire appel à mes services pour enregistrer des démos, puis par la suite des skeuds ... en 8 ou 16 pistes.

 -Premiers méfaits, premières activités ? Et qu’est-ce qui te motivait alors ?
Silly Poulps puis Goofball. Ce qui me motivait dans le premier groupe c'était le "même pas honte" d'un groupe de presque non musiciens à l'arrache avec des morceaux très limites tant dans la composition que le jeu ... mais soudés par une profonde amitié. Dans Goofball je me suis plus reconnu dans la composition, un son et des voix qui correspondaient vraiment à ce que je souhaitais jouer alors, de plus il y avait dans ce groupe une totale liberté de jeu, chacun apportait ce qu'il voulait et/ou pouvait et la sauce prenait à chaque fois ! La scène nous a bien rendu la fraicheur que nous apportions pendant cette période où le politiquement trop correct et l'engagement de salon devenait un peu saoulant. L'expérience a été gratifiante.
Les premiers enregistrements on été Les Rainetts, Uneven, Awake ... que du lourd !! Plus sérieusement, je me souviens de cette période où j'enregistrais beaucoup comme une période exténuante, peut être encore plus que quand c'est toi qui joue mais je ne la regrette pas. C'est quand même fascinant d'avoir ton nom sur un disque, de se dire que s'il existe, c'est pour partie grâce à toi. Moi qui ne suis pas un grand fan de la paternité au sens propre, je considère un peu ces disques enregistrés par mes soins comme mes enfants, mes créations, au même titre que les morceaux composés/enregistrés dans mes propres groupes.

-Tu peux faire un petit historique de ton activisme au cours des années, dans cette scène ?
Dans l'ordre : Silly Poulps puis Post Silly Poulps / Goofball / Line / Kiss Kiss Martine / La Seconda Volta / Raymonde Howard.
Pour les enregistrements/mixages : Sont passés entre mes mains ... Uneven / Rainetts / Post Silly Poulps / Goofball / Protex Blue / Thee Muckrackers / Awake / Tragic Vilnius / The Hunchbacks / Pocket bastard ... mais je dois en oublier. En plus de ça il m'arrive de faire le son pour dépanner lors de concerts, je suis également actif au sein de l'association Sauf Imprévu.

-Quels sont tes meilleurs souvenirs de la scène stéphanoises en tant que participant « actif » ? Et en tant que « public » ?
En tant que public, les "anciens" m'ont toujours fais tripper, les concerts des Protex, de Six Pack ... d'une part parce qu'ils jouaient une musique qui me touchait pour différentes raisons, mais aussi parce que cela correspond à une période où il était impossible de jouer devant moins de trente personnes, une période où les gens dansaient/slammaient pendant les concerts. je ne sais pas si c'est le creux générationnel ou le non renouvellement d'une partie de la scène et le départ de certains "anciens" qui mettaient le feu, mais il y a un sérieux, une froideur je trouve dans tous les concerts depuis des années qui ne me donnent plus souvent envie d'y aller. J'ai parfois l'impression que les derniers à se déplacer régulièrement ne le font plus par envie mais par soutien, solidarité avec l'organisation. Je dois être un peu pessimiste ?
Mention toute spéciale quand même aux Bushmen qui ravivent on ne sait comment le feu à chacun de leur passage !!!
En tant qu'actif : Mon pessimisme maladif certainement encore qui parle mais j'ai souvent eu la sensation que les gens qui venaient nous voir à St Etienne ne le faisaient que par amitié, par soutien sans réelle passion pour notre musique, certains concerts de Goofball restent gravés dans ma mémoire pour le constat inverse, des visages avec un sourire jusqu'aux oreilles, des gens qui mouillent le maillot lors de certains concerts... la certitude d'être aimé sur le plan musical, ces concerts font partie de mes meilleurs souvenirs.
Dans un autre registre, le concert pour une "black session" de Lenoir au studio 105 d'Inter avec Raymonde Howard restera sans conteste le plus grand shoot d'adrénaline vécu grâce à la musique à ce jour.

-Les pires ?
La mort d'Hamani.
Les bastons (rares).
La période heureusement terminée "je suis bien pensant, je passe des messages hautement engagés devant mes amis, je ne bois pas et ne fume pas ... toi tu es une merde". Bon j'exagère un peu mais tu vois ce dont je parle ? (-ouais ! ahahah-ndm)

-Quelles sont pour toi les forces et les faiblesses de la scène locale ?
Qui dit scène locale dit une bonne bande de passionnés, coudes serrés, prêts à mouiller la chemise et parfois même payer de leur poche pour faire vivre une scène alternative, créer, jouer, faire jouer. Nous ne sommes parfois pas très loin d'être une grande famille, c'est chaleureux, réconfortant, vivant, créatif ... je voue une admiration sans bornes aux organisateurs, rien que pour cela je ne pourrai vivre ailleurs qu'à St Etienne je pense. La faiblesse à mon avis c'est que cela peut finir justement par devenir étouffant, un peu sectaire. je me suis surpris à assister à des concerts non pas par envie mais parce qu'il "fallait" y aller. Je réalise que nous vivons un peu en autarcie, ne connaissant aucun groupe des autres scènes (electro, métal, reggae ...) pourtant il n'y a pas que des cons chez les autres, si ? Et que personne ne nous connait en dehors non plus du coup. Personne n'est responsable mais ces milieux de passionnés même si j'en fait partie me filent parfois les chocottes, tu as parfois l'impression d'être jugé, analysé si tu n'as pas 2000 skeuds dans ta médiathèque, que tu ne connais pas le label du dernier groupe indé à la mode ... Parfois flippant aussi de passer des heures à parler avec les mêmes personnes de concert concert concert ou sono sono sono (c'est pire) et réaliser que tu ne sais rien de la personne à qui tu parles, comme si toute sa vie tournait autour de la musique ... bref je ne suis pas certain que le renouvellement soit facile parce que vue de l'extérieur, je ne suis pas sûr que nous soyons très "attrayants" en tant que micro scène d'ultra passionnés mais bon, c'est juste mon avis.

-Tes 5 skeuds stéphanois préférés ?
Six Pack : reading History
Protex Blue : (complète disco)
world Pets : (Complète disco)
Le Parti : Excitement as Such
Jerri : Éponyme

-Tes activités actuelles ?
Euh, professionnelles, musicales, passions ???
Prof d'anglais en RAR (Marc Seguin). Groupes : Seconda Volta / Raymonde Howard. Activités autres : Aéronautique (pilote en club) / fait de son mieux pour faire vivre son local de répète / Enregistre quand j'en ai le temps ... Se consacre à ses amis !!

-Un truc que t’aurais à rajouter ?
Merci !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire