Voilà donc toutes les pages de l'ancien site réunies ici pour plus de cohésion et cohérence. Hésitez pas à me contacter si vous avez des photos / enregistrements / etc... à partager.

QUESTIONS/REPONSES: David "D.T.H."

-Comment t’es-tu retrouvé à être actif dans la scène stéphanoise ?
Des grands frères de copains, puis un prof d’histoire au lycée qui m’initie moi, mon frère Olivier et un cercle très restreint de 2-3 autres jeunes punks. Collés mardi, 2 jours après le prof mate nos badges (bérus, oth) et nous apporte 2 kilos de vinyls parmi lesquels les disques les plus importants de ma vie : le 2è SLF, le 1er Buzzcocks, le 1er Saints, « L.AM.F. » de J.Thunders+Heartbreakers,  « Damaged » de Black Flag  puis des choses étranges comme les Cramps, Scientists, Crime+The City Solution… on était assez alternatif français et voilà une ouverture incroyable sur le reste du monde punkoide…
A cette époque, le simple fait de (parler de) faire un groupe, de porter des docs et un bomber étaient déjà des actes subversifs, ça te mettait direct en marge par rapport aux autres crétins du lycée.
J’ai donc chopé une guitare et appris tant bien que mal (plutôt mal) à plaquer 2-3 accords. On avait déjà monté un groupe « exutoire »,  juste une boite à rythme et des micros avec 2 potes (je citerais pas les noms pour pas les compromettre…), puis mon frère nous a rejoint et c’est devenu un peu plus sérieux avec une vraie batterie, basse, guitares et amplis (pourris). On savait toujours pas jouer. Puis 2 mecs de La Ric qui faisait la même chose de leur côté sont venus mettre (un peu plus) le bordel.
La connexion avec la « scène stéphanoise » démarre avec la rencontre des mecs d’Internal Exil, puis celle des « punks du nord » (nous étions du sud, Honoré d’urfé rules !), Sixpack et Prejudice crew.
Parallèlement on allait à tous les concerts du Mad’sCo (ah, la Bourse du travail, le Centre-Gliss, puis le Mistral… grande époque !).
Jetés du centre social du Montcel, on rencontre l’asso Sauf Imprévu qui construisait son local de répét rue Neyron ; une scène locale renaissait, après une période creuse, sur les cendres d’anciens combos des 80’s et sous l’impulsion de pas mal de nouvelles têtes dont je faisais partie.

-Premiers méfaits, premières activités ? Et qu’est-ce qui te motivait alors ?
Des trucs pas constructifs comme des tags ou des pochoirs sur les murs dans et autour du bahut (ça m’occupait des soirées à les faire…) ; premières expériences scéniques en juin 92 avec F.J. et Kangaroos. Des putains de bons moments en fait !
La motivation, c’était comme Terry Chimes : me payer une Jaguar Type E avec les cachets des concerts ! Non, sérieux, il y avait un espace à occuper il me semble, quelque chose d’assez fort se passait avec une nouvelle génération post rock-alterno, mi-grunge mi-hard core qui débarquait sur SaintE et environs. Et voilà, j’étais là, le BAC en poche et sans perspective d’avenir claire. Je voulais simplement vivre ces moments cruciaux dans une vie, où d’un coup tout semble possible.

-Tu peux faire un petit historique de ton activisme au cours des années, dans cette scène ?
De fin 88 à mi 91 : fervent spectateur ! Apprenti guitariste, poussées d’acné et déceptions sentimentales.
Début 91-Mi 93 : bassiste dans Fucking Jo et dans KangaRoos, une poignée de concerts, pas de traces discographiques hormis des titres sur la compil « Mort ou vif » et des K7 de répét assez inaudibles.
De fin 93 à 97 environ : participation à Tranzophobia puis Meantime et les joies du fanzinat : rédaction d’articles, mise en page/maquettage, photocopies… et aussi un peu de radio-dio, 2-3 interviews et quelques orga de concerts mémorables ; pas mal de soirée affichage du coup, vive la colle…
De 93 à 2000 : passage dans divers groupes de gangsters (Natives, Purple Pill Eaters, Perfect Cousins, Protex Blue, Gascookers), bassiste intérimaire dans Fouilla Tribe puis beaucoup plus tard de Boxing Elena.

-Quels sont tes meilleurs souvenirs de la scène stéphanoise en tant que participant « actif » ? Et en tant que « public » ?
Les débuts chaotiques de Tranzophobia avec une réunion improbable de pas mal de futurs activistes de la scène. Bien marrant, même si certaines soirées tournaient à la grosse prise de chou conceptuelle.
Des répét dans la cave des Rubet au milieu de mobs 103 en pièces détachées ; parfois des passants débarquaient comme ça, juste pour voir qui était responsable de ce bruit… we come from garageland, on leur disait…
Avoir joué avec Slim dans un groupe (F.J.), très bon délire aussi. La gueule du patron de « L’Himalayan », le soir où on a joué avec SixPack et Bend Sinister et où 250 pélos se sont pointer dans son petit bar.
De bons moments avec les P.C. (un mémorable et viril après-gig à Ugine par exemple).
La tension d’avant concert, la décompression qui suit.
En tant que spectateur, une chouette période (92 à 96) aussi bien sur scène que dans le public, beaucoup de spontanéité et de franche rigolade.
Voir le guitariste de SixPack blanc comme un linge avant de monter sur scène, ça faisait partie aussi des rituels cools ; ce qui ne les empêchait pas de sortir des sets furieux ; je me souviens de leur version de « He’s waiting » des Sonics, enchainé à « Bound to fail » à l’Entre-Pots : mortel.

-Les pires ?
Bah… je me souviens que des meilleurs. Mais s’il faut les évoquer : les copains qui partent trop tôt, des bastons à la con où des potes se font amocher. Le braquage des locaux de Sauf Imprévu. La fin des P.C. et de Protex Blue (à titre perso). Avoir joué avec un batteur sous tranquillisant…



-Quelles sont pour toi les forces et les faiblesses de la scène locale ?
L’unité, mec : à un moment donné, pas mal de gens avec des références et des horizons divers ont mis en commun leurs passions pour faire vivre quelque chose par ici. Après, est-ce que ça s’inscrit dans la durée ? A part LFP (et Meantime hehe), je vois pas. Et puis est-ce le but du jeu, d’ailleurs ? Eternelle complainte du manque de lieux de concerts, les mêmes têtes qui sont là essentiellement pour vider des glutes, une scène créative évoluant en microcosme sectaire, replié sur lui-même… bon ce sont des travers qu’on doit retrouver un peu partout, non ? Le truc, c’est qu’une fois arrivé à ce stade (il ne reste plus que lui pour certains), difficile de renouveler les troupes. Une question d’âge aussi. Passé 30 ans on se dit tous plus ou moins que le punk est mort. Le hic c’est qu’on a presque tous dépassé la trentaine ; d’autres priorités prennent le pas, la vie de famille ou d’autres conneries… Je vois pas des gamins débarquer dans les concerts, ça fait pas envie et puis on est pas leurs amis dans FaceBook… ah, en fait il y a d’autres scènes parallèles mais on le sait même pas !

-Tes 5 skeuds stéphanois préférés ?
- The Perfect Pack Split E.P.
- Le 2è album de SixPack « Reading History », bon je l’écoute pas trop, ça me déprime mais woaoh…
- Boxing Elena « Yallah ! »
- Spit « 1ère démo », aurait mérité 100 fois un meilleur enregistrement (c’est en cours, les gars ?)
- Protex Blue « ANP E.P »
J’en ajoute un sixième just for fun : Switch Stance/Bad Taste Split E.P.

-Tes activités actuelles ?
Rien en rapport avec le rock’n’roll. Vélo, boulot, dodo. Parfois j’ai en tête cet air des Rats, « je m’emmerde »…

-Un truc que t’aurais à rajouter ?
Je me ferais bien un bowling avec Jesus (hum… j’ai trop regardé « The Big Lebowski » ces temps-ci).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire